Ce blog a caractère sexuel, peu choquer certain, ce n'est pas son but, donc si votre ouverture d'esprit ne correspond pas à la mienne, ayez la gentillesse de ne pas le consulter.

j’essais de donner un aperçu de ma vie, sans jugement, c’est la réalité de mon vécu, vous verrez qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat.
Cette écriture m’aide à vivre une sexualité épanouie et saine, si sa lecture peu permettre ne serait ce qu’a une personne de mieux vivre sa sexualité tant mieux.
Ne vous attendez pas à un joyau de la littérature, je privilégie la saisie de mes souvenirs, au style littéraire.


les photos illustrant ce blog sont principalement des autoportraits, les autres photos viennent toutes de blogs gratuits si toutefois elles sont protégées dite le, afin que je les enlève merci.
J'ai mis des photos pour montrer que ma sexualité est similaire à celle de bien d'autre.

Pourquoi des photos de nus ?
Parce qu’il faut savoir de quoi l’on parle !
Parce que nos sociétés retombent dans la pudibonderie.
Parce que chacun est différent.
Parce que la nudité est notre état naturel.
Parce que c’est l’uniforme qui est le plus égalitaire.
Parce que c’est un signe de liberté.
Parce que ça favorise la fraternité

4/15/2015

Les douze apôtres 
Un groupe d’hommes comme tant d’autre
 Chaque apôtre est différent et amène sa particularité.
Ce groupe est unique grâce à la singularité de chacun.
Ce n’est pas un calcul linéaire, mais exponentiel, c’est pourquoi l’on en parle encore aujourd’hui.
Ce groupe de pécheurs et d’artisans qui du partage  qu’ils vivaient entre eu, ont élevés une valeur universelle.



                                                                               Pierre
                                                                           Jean
                                                                         Jaques
                                                                            André
                                                                         Philippe
                                                                     Thomas
                                                                     Barthélémy
                                                                        Matthieu
                                                                    Matthias
                                                                        Simon
                                                                               Jude
Judas


4/11/2015

JEAN

Jean
Jean est un prénom masculin en français, avec une prononciation, courte, abrupte, qui se fini de façon net, male ;
Djineee, pour prononcer Jean ce prénom féminin anglais se fini en longueur en douceur, glisse d’une façon féminine.
Mais un djinn en français est un esprit magique masculin, farceur et charmeur ….
Et le jean ce pantalon en toile de Nîmes, coloré en indigo, ce pantalon américain taillé dans une toile française, synonyme de cowboy, de mecs à cheval avec un chapeau de feutre à rebord et une clope au bec, le pantalon du gars viril, fort, la brute avec un six coup au ceinturon…
Ce jean qui se porte avec des dessous ou à cru, qu’on boucle ou qu’on déboutonne, qu’on entrebâille ou qu’on tombe, ce pantalon mythique, bien repassé ou déchiré, nous fait rêver !
Alors quand un djinn s’occupe du jean de Jean ; la virilité, la féminité, et l’imagination s’entremêlent, brouillent  nos esprits,  c’est l’univers du lâché prise qui s’installe, avec ses vertiges qui nous font volé, et qui nous font peur, gare à la chute….





















3/04/2015

La  vie est un long fleuve , que l’on ne remonte pas,
on le descend dans une barque.
C’est le courant qui nous mène.
Notre volonté ne s’exprime que par quelques coups de rame,
Pour infléchir notre embarcation à droite ou à gauche pour éviter quelques écueils.
Le courant peut se faire calme, turbulent ou impétueux.
Le fleuve peut se faire poissonneux ou hostile.
Nous n’en décidons pas.
Nous sommes menés par les vicissitudes de la vie, avec ses hauts et ses bas.
Lorsque nous sommes forts nous aidons les faibles.
Et lorsque nous sommes faibles,
Nous avons le courage de le reconnaître,
Nous acceptons l’aide des autres.
Lorsque nous sommes faibles nous ne nous accrochons pas aux faibles,
Nous coulerions ensemble.
Nous ne haïssons pas les forts, ils ne sont pas responsables de notre faiblesse.
Nous savons que la vie présente toujours de mauvais et de bons moments.
Nous essayons de donner les coups de rames judicieux et nécessaires pour ne pas sombrer,
Et nous avons l’espoir d’être à nouveau fort et de pouvoir aider un autre.





2/11/2015

Ce qui est écrit aujourd’hui doit être lu demain.
Car les larmes de vos yeux aveugles votre cœur.
Vous n’êtes pas mes amis, vous n’êtes pas mes camarades, non,  vous êtes mes frères.
Car nous avons le même père.
Nous avons l’affection l’un pour l’autre que tissent les liens d’une enfance commune bercée par la même mère.
Vous avez souffert plus que tout autres.
Quelques-uns vous ont aidé.
Un peu plus, essais de vous soutenir.
Mais vous avez peur de notre défaillance et  vous-voulez vous débrouillé seul.
Ne tué pas votre petit frère, quand votre cadet a essayé d’éliminer l’aîné.
Nous sommes, tous liés, frères de sang, ou frères de lait, nous sommes condamnés à vivre sur la même terre.
Nous devons  partager équitablement.
Nous n’en ferons rien, lorsque nous serons en terre.
Le crime appelle au crime, le seul vainqueur est la mort.
C’est lorsque l’on a enterré ses morts que l’on peut continuer à vivre.
Alors les yeux séchés, on peut signer la paix.



2/07/2015

Je suis un simple parmi les simples,
Une question parmi les réponses,
Une poussière perdue dans le désert.

Nous sommes faibles,
 Petit- rien négligées,
 Souffle d’idées chaotiques.

Ensemble nous pouvons tout,
Le pire et le meilleur,
La joie et le malheur.

Sans toi nous ne sommes pas,
Ta présence nous éclaire.
 Seul,  le vide détruit.





1/31/2015

Pantin

La douleur,
 Honteuse,
S’insinue, lentement, jour après jour.
Chaque articulation s’ankylose.

L’insomnie,
Vicieuse,
S’installe, doucement, nuit après nuit.
Chaque rêve se névrose. 

La fatigue,
Visqueuse,
Colonise tout l’espace.
Chaque instant, sans pose.



La bactérie,
Visiteuse,
Envahie, laconiquement  le corps.
Chaque parcelle, comme une chose.

L’antibiotique,
Odieuse,
Tue froidement dans tous les coins,
Chaque envahisseur, jusqu'à l’overdose.

La renaissance,
Peureuse,
Pointe son nez, timide, hésitante,
 Chaque pas que j’ose.

La vie,
 Soucieuse,
S’entrevoie nouvelle, différente, inattendu,
Chaque jour s’impose.


7/22/2013

Tu es ma lumière...


sans l'obscurité,
la lumière n'est pas.
éclaire ce lieu ordinaire,
resté dans l'ombre des vêtements
. Entre dans la lumière,
Deviens Un rêve insaisissable.
Comme ces amitiés, caché dans la toile,
Tout en nuances se dévoilent.
et ma pudeur rougi,
de ses attentions que je ne méritent pas.


7/20/2013

L-J a dit... Unnu se serait il perdu ? je ne le retrouve plus dans ce blog !

Tu as raison L-J je me perd en ce moment, je ne sais plus ou j'en suis, mais je crois que depuis le début ce blog est une quète d'identité, je tatonne, je cherche dans le noir, je découvre parfois ma noirceur, mais c'est la lumière qui m'attire, tu as raison de m'avertir lorsque je m'éteins. tu es l'étincelle qui ravive ma flamme.

6/18/2013

juste


Comme un souffle fragile,
  Ta Parole se donne,

 Comme un vase d'argile,
 Ton amour nous façonne.


1. Ta parole est murmure,
comme un secret d'amour.
Ta Parole est blessure,
qui nous ouvre le jour.

2. Ta parole est naissance,
comme on sort de prison.
ta parole est semence,
qui promet la moisson.

3. Ta parole est partage,
Comme on coupe du pain.
Ta parole est passage,
qui nous dit le chemin.